Les'ateliers
Le geste de tisser figure le sens, il est la représentation du lien. L'enjeu de notre époque est de tisser, c'est-à-dire de rétablir les liens. Des comportements humains à leurs significations symboliques, des motivations individuelles aux injonctions du social, des ressorts psychologiques aux intimations culturelles, la compréhension de l'humain a été découpée en morceaux durant toute l'époque moderne. Il en a été de même pour tous les objets d'étude des disciplines scientifiques qui elles-mêmes se sont vues cantonnées dans leur pré carré. Les maîtres-mots de la modernité : séparer, distinguer, découper. Les motivations post-modernes sont de rassembler, unifier, lier.
Lier le geste et la parole « Toute fabrication est un dialogue entre le fabricant et la matière » André Leroi-Gourhan Les moyens d’expre$ssion spécifiquement humains sont le geste et la parole. A. Leroi-Gourhan a largement contribué à analyser le rôle de la matière dans le développement d’homo faber et les intimes relations avec le développement de la pensée. Il s’agit de trouver un équilibre entre la parole et la main, dans un va-et-vient incessant entre les idées et la matière. Trouver de la cohérence aussi entre ce que l’on dit et ce que l’on fait, éprouver les concepts que l’on décrit, s’y confronter. Une réalisation est la matérialisation de l’esprit qui lui a donné naissance.
Nous tissons la laine à l'aide de deux métiers à tisser anciens dotés de lanceurs de navettes manuels. A partir de l'Automne 2021 nous tisserons la laine de nos propres Belles Iles, et celle de quelques éleveurs voisins, Lande de Bretagne, Ouessan. Suivant les races et la qualité des toisons une parti plus ou moins importante, sera transformée en feutre. Certains ouvrages sont pure laine, d'autres sont mélangés à du lin ou du chanvre, venant de France ou d'Europe. Notre grand métier fait deux mètres, et l'autre 1m20 Nous avons deux autres métiers à tisser, sans lanceurs, pour la formation, et pour des productions plus hétérodoxes, comme le tissage des fleurs et de graminées ou autres. Ces dernière serons destinées à la réalisation d'objets de décoration artisanaux

Le tissage de la laine

le tissage des joncs, des graminés et des fleurs sauvages
Après quelques semaines sus-pendues tête en bas, les fleurs du marais sont prêtes pour une nouvelle vie. Elles vont se lier au chanvre, au lin ou à la laine dans des étoffes, tissus issus de la Vie sauvage et domestique. De ces rencontres naissent des histoires surprenantes et intimes de séduction, d'affection, de résonance ...
en savoir plus
Le lavage et le cardage de la laine Après la tonte, la laine a besoin d'être lavée. C'est la première étape du travail de la laine pour qu'elle puisse être filée ou feutrée. Les fibres sont recouvertes de suin, substance qui protège les moutons du froid , de l'humidité, et de la chaleur. La laine passe dans plusieurs bains d'eau chaude et froide et les fobres sont étirées pour que les impuretés puissent en sortir. Elle sèche ensuite en plein air dans un lieu bien aéré. Une fois propre la laine est précardée, c'est à dire démêlée. Il restera à peigner les fibre toutes dans le même sens : le cardage. Elle est ainsi prête à être feutrée ou filée. Elle peut aussi être utilisée telle quel pour le garnissage des coussins ou des matelas.
La récolte des graminés, des joncs , des fleurs
Instants précieux, la récolte du vivant, la moisson du bonheur. Les cueilleurs 
et les cueilleuses, dansent avec la vie.
La ceuillette du beau se fait sans machine.Dans nos prés, la fauche se fait à la main, dans nos prés et dans les fossés, ce tier-paysage, dénié, qui a tant préservé… Joncs, graminés, presles, fleurs, et même les "invasives", les plumets de la pampas, papyrus, presle du japon, l'eden ne connait pas la culpabilité. "La vie ne vaut rien, rien ne vaut la vie." Alain Souchon
La tonte des moutons A venir…
Les Chèvres
J ressources naturelles
 
Les'ateliers
Le geste de tisser figure le sens, il est la représentation du lien. L'enjeu de notre époque est de tisser, c'est-à-dire de rétablir les liens. Des comportements humains à leurs significations symboliques, des motivations individuelles aux injonctions du social, des ressorts psychologiques aux intimations culturelles, la compréhension de l'humain a été découpée en morceaux durant toute l'époque moderne. Il en a été de même pour tous les objets d'étude des disciplines scientifiques qui elles-mêmes se sont vues cantonnées dans leur pré carré. Les maîtres-mots de la modernité : séparer, distinguer, découper. Les motivations post-modernes sont de rassembler, unifier, lier.
Lier le geste et la parole « Toute fabrication est un dialogue entre le fabricant et la matière » André Leroi-Gourhan Les moyens d’expre$ssion spécifiquement humains sont le geste et la parole. A. Leroi-Gourhan a largement contribué à analyser le rôle de la matière dans le développement d’homo faber et les intimes relations avec le développement de la pensée. Il s’agit de trouver un équilibre entre la parole et la main, dans un va-et-vient incessant entre les idées et la matière. Trouver de la cohérence aussi entre ce que l’on dit et ce que l’on fait, éprouver les concepts que l’on décrit, s’y confronter. Une réalisation est la matérialisation de l’esprit qui lui a donné naissance.
Nous tissons la laine à l'aide de deux métiers à tisser anciens dotés de lanceurs de navettes manuels. A partir de l'Automne 2021 nous tisserons la laine de nos propres Belles Iles, et celle de quelques éleveurs voisins, Lande de Bretagne, Ouessan. Suivant les races et la qualité des toisons une parti plus ou moins importante, sera transformée en feutre. Certains ouvrages sont pure laine, d'autres sont mélangés à du lin ou du chanvre, venant de France ou d'Europe. Notre grand métier fait deux mètres, et l'autre 1m20 Nous avons deux autres métiers à tisser, sans lanceurs, pour la formation, et pour des productions plus hétérodoxes, comme le tissage des fleurs et de graminées ou autres. Ces dernière serons destinées à la réalisation d'objets de décoration artisanaux
le tissage des joncs, des graminés et des fleurs sauvages
Après quelques semaines sus-pendues tête en bas, les fleurs du marais sont prêtes pour une nouvelle vie. Elles vont se lier au chanvre, au lin ou à la laine dans des étoffes, tissus issus de la Vie sauvage et domestique. De ces rencontres naissent des histoires surprenantes et intimes de séduction, d'affection, de résonance ...
Le lavage et le cardage de la laine Après la tonte, la laine a besoin d'être lavée. C'est la première étape du travail de la laine pour qu'elle puisse être filée ou feutrée. Les fibres sont recouvertes de suin, substance qui protège les moutons du froid , de l'humidité, et de la chaleur. La laine passe dans plusieurs bains d'eau chaude et froide et les fobres sont étirées pour que les impuretés puissent en sortir. Elle sèche ensuite en plein air dans un lieu bien aéré. Une fois propre la laine est précardée, c'est à dire démêlée. Il restera à peigner les fibre toutes dans le même sens : le cardage. Elle est ainsi prête à être feutrée ou filée. Elle peut aussi être utilisée telle quel pour le garnissage des coussins ou des matelas.
La récolte des graminés, des joncs , des fleurs
Instants précieux, la récolte du vivant, la moisson du bonheur. Les cueilleurs 
et les cueilleuses, dansent avec la vie.
La ceuillette du beau se fait sans machine.Dans nos prés, la fauche se fait à la main, dans nos prés et dans les fossés, ce tier-paysage, dénié, qui a tant préservé… Joncs, graminés, presles, fleurs, et même les "invasives", les plumets de la pampas, papyrus, presle du japon, l'eden ne connait pas la culpabilité. "La vie ne vaut rien, rien ne vaut la vie." Alain Souchon
La tonte des moutons A venir…
Les Chèvres
J
 
Le geste de tisser figure le sens, il est la représentation du lien. L'enjeu de notre époque est de tisser, c'est-à-dire de rétablir les liens. Des comportements humains à leurs significations symboliques, des motivations individuelles aux injonctions du social, des ressorts psychologiques aux intimations culturelles, la compréhension de l'humain a été découpée en morceaux durant toute l'époque moderne. Il en a été de même pour tous les objets d'étude des disciplines scientifiques qui elles-mêmes se sont vues cantonnées dans leur pré carré. Les maîtres-mots de la modernité : séparer, distinguer, découper. Les motivations post-modernes sont de rassembler, unifier, lier.
Les'ateliers
Lier le geste et la parole « Toute fabrication est un dialogue entre le fabricant et la matière » André Leroi-Gourhan Les moyens d’expre$ssion spécifiquement humains sont le geste et la parole. A. Leroi-Gourhan a largement contribué à analyser le rôle de la matière dans le développement d’homo faber et les intimes relations avec le développement de la pensée. Il s’agit de trouver un équilibre entre la parole et la main, dans un va-et-vient incessant entre les idées et la matière. Trouver de la cohérence aussi entre ce que l’on dit et ce que l’on fait, éprouver les concepts que l’on décrit, s’y confronter. Une réalisation est la matérialisation de l’esprit qui lui a donné naissance.
Nous tissons la laine à l'aide de deux métiers à tisser anciens dotés de lanceurs de navettes manuels. A partir de l'Automne 2021 nous tisserons la laine de nos propres Belles Iles, et celle de quelques éleveurs voisins, Lande de Bretagne, Ouessan. Suivant les races et la qualité des toisons une parti plus ou moins importante, sera transformée en feutre. Certains ouvrages sont pure laine, d'autres sont mélangés à du lin ou du chanvre, venant de France ou d'Europe. Notre grand métier fait deux mètres, et l'autre 1m20 Nous avons deux autres métiers à tisser, sans lanceurs, pour la formation, et pour des productions plus hétérodoxes, comme le tissage des fleurs et de graminées ou autres. Ces dernière serons destinées à la réalisation d'objets de décoration artisanaux
le tissage des joncs, des graminés et des fleurs sauvages Après quelques semaines sus-pendues tête en bas, les fleurs du marais sont prêtes pour une nouvelle vie. Elles vont se lier au chanvre, au lin ou à la laine dans des étoffes, tissus issus de la Vie sauvage et domestique. De ces rencontres naissent des histoires surprenantes et intimes de séduction, d'affection, de résonance ...
Le lavage et le cardage de la laine Après la tonte, la laine a besoin d'être lavée. C'est la première étape du travail de la laine pour qu'elle puisse être filée ou feutrée. Les fibres sont recouvertes de suin, substance qui protège les moutons du froid , de l'humidité, et de la chaleur. La laine passe dans plusieurs bains d'eau chaude et froide et les fobres sont étirées pour que les impuretés puissent en sortir. Elle sèche ensuite en plein air dans un lieu bien aéré. Une fois propre la laine est précardée, c'est à dire démêlée. Il restera à peigner les fibre toutes dans le même sens : le cardage. Elle est ainsi prête à être feutrée ou filée. Elle peut aussi être utilisée telle quel pour le garnissage des coussins ou des matelas.
La récolte des graminés, des joncs , des fleurs
Instants précieux, la récolte du vivant, la moisson du bonheur. Les cueilleurs 
et les cueilleuses, dansent avec la vie.
La ceuillette du beau se fait sans machine.Dans nos prés, la fauche se fait à la main, dans nos prés et dans les fossés, ce tier-paysage, dénié, qui a tant préservé… Joncs, graminés, presles, fleurs, et même les "invasives", les plumets de la pampas, papyrus, presle du japon, l'eden ne connait pas la culpabilité. "La vie ne vaut rien, rien ne vaut la vie." Alain Souchon
La tonte des moutons A venir…
Les Chèvres
J
 
J
Le geste de tisser figure le sens, il est la représentation du lien. L'enjeu de notre époque est de tisser, c'est-à-dire de rétablir les liens. Des comportements humains à leurs significations symboliques, des motivations individuelles aux injonctions du social, des ressorts psychologiques aux intimations culturelles, la compréhension de l'humain a été découpée en morceaux durant toute l'époque moderne. Il en a été de même pour tous les objets d'étude des disciplines scientifiques qui elles-mêmes se sont vues cantonnées dans leur pré carré. Les maîtres-mots de la modernité : séparer, distinguer, découper. Les motivations post-modernes sont de rassembler, unifier, lier.
Les'ateliers
Lier le geste et la parole « Toute fabrication est un dialogue entre le fabricant et la matière » André Leroi-Gourhan Les moyens d’expre$ssion spécifiquement humains sont le geste et la parole. A. Leroi-Gourhan a largement contribué à analyser le rôle de la matière dans le développement d’homo faber et les intimes relations avec le développement de la pensée. Il s’agit de trouver un équilibre entre la parole et la main, dans un va-et-vient incessant entre les idées et la matière. Trouver de la cohérence aussi entre ce que l’on dit et ce que l’on fait, éprouver les concepts que l’on décrit, s’y confronter. Une réalisation est la matérialisation de l’esprit qui lui a donné naissance.
Après quelques semaines sus-pendues tête en bas, les fleurs du marais sont prêtes pour une nouvelle vie. Elles vont se lier au chanvre, au lin ou à la laine dans des étoffes, tissus issus de la Vie sauvage et domestique. De ces rencontres naissent des histoires surprenantes et intimes de séduction, d'affection, de résonance ... le tissage des joncs, des graminés et des fleurs sauvages
Nous tissons la laine à l'aide de deux métiers à tisser anciens dotés de lanceurs de navettes manuels. A partir de l'Automne 2021 nous tisserons la laine de nos propres Belles Iles, et celle de quelques éleveurs voisins, Lande de Bretagne, Ouessan. Suivant les races et la qualité des toisons une parti plus ou moins importante, sera transformée en feutre. Certains ouvrages sont pure laine, d'autres sont mélangés à du lin ou du chanvre, venant de France ou d'Europe. Notre grand métier fait deux mètres, et l'autre 1m20 Nous avons deux autres métiers à tisser, sans lanceurs, pour la formation, et pour des productions plus hétérodoxes, comme le tissage des fleurs et de graminées ou autres. Ces dernière serons destinées à la réalisation d'objets de décoration artisanaux
La récolte des graminés, des joncs , des fleurs
Instants précieux, la récolte du vivant, la moisson du bonheur. Les cueilleurs 
et les cueilleuses, dansent avec la vie.
La ceuillette du beau se fait sans machine.Dans nos prés, la fauche se fait à la main, dans nos prés et dans les fossés, ce tier-paysage, dénié, qui a tant préservé… Joncs, graminés, presles, fleurs, et même les "invasives", les plumets de la pampas, papyrus, presle du japon, l'eden ne connait pas la culpabilité. "La vie ne vaut rien, rien ne vaut la vie." Alain Souchon
Le lavage et le cardage de la laine Après la tonte, la laine a besoin d'être lavée. C'est la première étape du travail de la laine pour qu'elle puisse être filée ou feutrée. Les fibres sont recouvertes de suin, substance qui protège les moutons du froid , de l'humidité, et de la chaleur. La laine passe dans plusieurs bains d'eau chaude et froide et les fobres sont étirées pour que les impuretés puissent en sortir. Elle sèche ensuite en plein air dans un lieu bien aéré. Une fois propre la laine est précardée, c'est à dire démêlée. Il restera à peigner les fibre toutes dans le même sens : le cardage. Elle est ainsi prête à être feutrée ou filée. Elle peut aussi être utilisée telle quel pour le garnissage des coussins ou des matelas.
La tonte des moutons A venir…
Les Chèvres
 
Le geste de tisser figure le sens, il est la représentation du lien. L'enjeu de notre époque est de tisser, c'est-à-dire de rétablir les liens. Des comportements humains à leurs significations symboliques, des motivations individuelles aux injonctions du social, des ressorts psychologiques aux intimations culturelles, la compréhension de l'humain a été découpée en morceaux durant toute l'époque moderne. Il en a été de même pour tous les objets d'étude des disciplines scientifiques qui elles-mêmes se sont vues cantonnées dans leur pré carré. Les maîtres-mots de la modernité : séparer, distinguer, découper. Les motivations post-modernes sont de rassembler, unifier, lier.
Les'ateliers
J
Lier le geste et la parole « Toute fabrication est un dialogue entre le fabricant et la matière » André Leroi-Gourhan Les moyens d’expre$ssion spécifiquement humains sont le geste et la parole. A. Leroi-Gourhan a largement contribué à analyser le rôle de la matière dans le développement d’homo faber et les intimes relations avec le développement de la pensée. Il s’agit de trouver un équilibre entre la parole et la main, dans un va-et-vient incessant entre les idées et la matière. Trouver de la cohérence aussi entre ce que l’on dit et ce que l’on fait, éprouver les concepts que l’on décrit, s’y confronter. Une réalisation est la matérialisation de l’esprit qui lui a donné naissance.
Nous tissons la laine à l'aide de deux métiers à tisser anciens dotés de lanceurs de navettes manuels. A partir de l'Automne 2021 nous tisserons la laine de nos propres Belles Iles, et celle de quelques éleveurs voisins, Lande de Bretagne, Ouessan. Suivant les races et la qualité des toisons une parti plus ou moins importante, sera transformée en feutre. Certains ouvrages sont pure laine, d'autres sont mélangés à du lin ou du chanvre, venant de France ou d'Europe. Notre grand métier fait deux mètres, et l'autre 1m20 Nous avons deux autres métiers à tisser, sans lanceurs, pour la formation, et pour des productions plus hétérodoxes, comme le tissage des fleurs et de graminées ou autres. Ces dernière serons destinées à la réalisation d'objets de décoration artisanaux
Après quelques semaines sus-pendues tête en bas, les fleurs du marais sont prêtes pour une nouvelle vie. Elles vont se lier au chanvre, au lin ou à la laine dans des étoffes, tissus issus de la Vie sauvage et domestique. De ces rencontres naissent des histoires surprenantes et intimes de séduction, d'affection, de résonance ... le tissage des joncs, des graminés et des fleurs sauvages
Après la tonte, la laine a besoin d'être lavée. C'est la première étape du travail de la laine pour qu'elle puisse être filée ou feutrée. Les fibres sont recouvertes de suin, substance qui protège les moutons du froid , de l'humidité, et de la chaleur. La laine passe dans plusieurs bains d'eau chaude et froide et les fobres sont étirées pour que les impuretés puissent en sortir. Elle sèche ensuite en plein air dans un lieu bien aéré. Une fois propre la laine est précardée, c'est à dire démêlée. Il restera à peigner les fibre toutes dans le même sens : le cardage. Elle est ainsi prête à être feutrée ou filée. Elle peut aussi être utilisée telle quel pour le garnissage des coussins ou des matelas. Le lavage et le cardage de la laine
La récolte des graminés, des joncs , des fleurs
Instants précieux, la récolte du vivant, la moisson du bonheur. Les cueilleurs 
et les cueilleuses, dansent avec la vie.
La ceuillette du beau se fait sans machine.Dans nos prés, la fauche se fait à la main, dans nos prés et dans les fossés, ce tier-paysage, dénié, qui a tant préservé… Joncs, graminés, presles, fleurs, et même les "invasives", les plumets de la pampas, papyrus, presle du japon, l'eden ne connait pas la culpabilité. "La vie ne vaut rien, rien ne vaut la vie." Alain Souchon
La tonte des moutons A venir…
Les Chèvres